Ma valse

(Isabelle Geffroy)

Regardez-moi sourire
Comme une rose au vent
Flotter, m’embellir
Sous le désir ardent
D’être vivante et reine
Dans mon monde innocent
De ces pluies de lumière
Qui fondent sur mon champ
Regardez-moi m’ouvrir
À l’amour qui me tend
Ses bras et ses soupirs
Qui me chauffent le sang
La mousse sous mes pieds
Comme un tapis de soie
Un socle pour mon lit
M’abandonner parfois
Regardez-moi souffrir 
Quand je ne m’aime plus
Que j’ai peur d’être vue
Et d’être mise à nu
Quand je suis vulnérable
Et que personne n’entend
La grandeur de l’horreur
Qui gronde et qui méprend
Regardez ce grand vide
Cet inconnu si tendre
Que j’aimerais succomber
Et ne plus rien attendre
Un silence qui fait peur 
Qui ne peut plus surprendre
Car je connais mille fois 
La saveur de ses cendres
L’amour en bandoulière
Comme un cadeau volé
Je voudrais être mère
Pour mieux me consoler
Pour me donner l’accueil
L’écoute et le sursis
Me donner la douceur
Me donner du répit
Comment donner à soi
Cet amour qu’on attend
Qui n’est jamais assez
Et qu’on ne sait pas prendre
Que même si l’on surprend
Son cœur s’ouvrir parfois
On le referme si vite
De peur que l’on se noie
Et puis un soir, un jour
On ose l’accepter
Cette perle, ce sésame
Qu’on avait bien caché
Au creux de notre oubli
Au bord de la jetée
Contemplant le ciel roux
Des rêves effacés
C’est la faim qui surgit
Comme une rage au ventre
L’ardeur insaisissable 
Qui crie et qui nous hante
Comme un vieux fantôme las
De n’être reconnu
D’être écouté sans crainte
Pour pouvoir être lu
Regardez-moi me battre 
Contre rien, contre tout
Prisonnière de ma cage
Que j’ai construite par bouts
Racontant mon histoire
Pour ne pas l’oublier
Elle me serre aujourd’hui
La gorge, ma liberté
J’en ai fini, assez
Assez d’être victime
D’une peur insensée
Qui chanterait son hymne
Que je porte en moi
Comme un drapeau flottant
Par la brise des anciens
Dans l’arbre du néant
Je termine l’histoire 
Je laisse aller le vent
Je lui redonne l’espoir
Et le souffle d’antan
Je remets à la terre 
Ses croyances erronées
Que l’on m’a bien apprises 
Et qui sont mal fondées
Si je veux vivre ce monde
Ma vie à ma façon 
J’accepte de vivre ma loi
Allier mon âme à ma raison
Je lâche prise
J’ose me vivre
Je lâche prise
Et j’ose vivre

Ed: Anthakarana Editions
Piano : Romain Berrodier

© Warner Music France 2018